Les disques d'or de la musique de chambre

Aller en bas

Les disques d'or de la musique de chambre

Message par gluckhand le Mer 31 Oct - 7:47

Brian Ferneyhough /Chamber music /Ensemble recherche

" />
Un disque d'une grand intensité,comme toujours avec la musique de Ferneyhough qui ne laisse pas de répit, ni aux interprètes ,ni aux auditeurs.Ferneyhough qui est un anglais, né en 1943, est comme son professeur et ami Klaus Huber, un compositeur aux exigences puissantes et fortes,dans la tradition d'un Schoenberg,même s'il n'a pas suivi son chemin.Quelqu'un de peu habitué à la musique contemporaine pourrait d'emblée, la rejeter de suite par sa complexité, ou sa cacophonie apparente,ce trop de musique qui nous vient de tous les sens, demande à être écouté plusieurs fois, pour en saisir toute la finesse et c'est là que l'Ensemble recherche est formidable,ils vont au maximum de leur possibilité musicale et leur réinterprètation est magistrale,car toute musique qui passe de l'écrit à la conclusion,est à la fois création et réinterprètation, et là les instruments s'en donnent à coeur joie. Ce qui ressort pour moi de la musique de Ferneyhough, car je ne saurais bien m'étendre avec suffisamment de profondeur sur les oeuvres superbes de ce disque,c'est qu'il réinvente la musique de chambre,en échappant aux poncifs, avec des discontinuités permanentes et nerveuses,un discours musical  crispé, doux, serein, violent, apaisé, humoristique pour chaque instrument et ensemble d'instruments,ces dialogues d'une puissance dynamique et rythmique sont tels ,qu'ils nous entraînent dans un monde à part très personnel à son auteur ,mais qui résonnent en nous, avec toute une vague de sentiments particuliers,comme à la fois,des chants sacrés, des pleureuses, des jeux,ou bien des combats de coqs instrumentaux.Bref une musique de l'intérieur venue de l'extérieur et un sacré beau disque.
Pour en savoir plus sur Ferneyhough / http://www.polyphonies.eu/lemensuel/Dossier-compositeur-Brian.html

gluckhand

Messages : 187
Date d'inscription : 12/03/2014
Localisation : Amiens

Revenir en haut Aller en bas

Gerhard Schedl / A Voice Gone Silent Too Soon

Message par gluckhand le Mer 31 Oct - 8:28

" />
Un disque merveilleux, un compositeur merveilleux,pour ceux qui comme moi privilegient l'humain et la densité émotionnelle dans la musique, pour ceux qui comme moi aiment ces compositeurs entiers comme Allan Pettersson ou Tristan Keuris, ou bien Olivier Greif,pour ceux enfin qui aiment tout simplement, la vraie, la seule et belle musique musique, loin des clichés et des facilités, ils découvriront avec Gerhard Schedl, un frère, un ami, un maître, bref quelqu'un qu'on aime pour toujours à la vie à la mort.En parlant de mort, ce compositeur autrichien né en 1957, s'est donné la mort en 2000.Inutile de chercher ici,des causes à son suicide, il laisse une oeuvre conséquente, que ce soit en musique de chambre, 4 symphonies et plusieurs opéras dont Julie et Jean ,dont je parlerai plus tard si vous voulez.On a parlé de dépression ,dépression que l'on ne ressent pas dans sa musique ,ni dans ce très beau disque, qui commence par un trio à cordes,, l'originalité et la profondeur sont au rendez-vous, il fait de cette forme classique, quelque chose de nouveau et de profondément humain et merci aux interprètes bostoniens de nous offrir cette belle oeuvre .Le duo qui suit violon /violoncelle est lui aussi très tendu et là aussi la douleur est au rendez-vous .dire toutes les influences qui passent dans et au dessus de cette oeuvre n'est pas interessant,mais on sent que l'école de Vienne n'est pas si loin,et l'ombre de  Berg ou de Webern planent comme des  anges bienfaiteurs.Les deux autres oeuvres à Tre et à Cinque sont dans la même lignée envoutânte, bien que s'y mêlent la clarinette et le piano,les interprètes sont formidables et ce disque mériterait un Diapason d'or à lui tout seul.Ce qui me touche le plus avec Schedl, c'est qu'avec sa musique ,cette grande liberté et un certain affranchissement aux grands aînés,liberté qui grâce à  ses  interprètes, ,touche au sublime et à l'universel,tout comme Messiaen avec son quatuor pour la Fin du temps  , des oeuvres de petite formation restreinte,,mais qui par leur richesse et leur varièté mélodique deviennent des chefs-d'oeuvre ,tout comme le monumental  quintette pour 2 violoncelles de Schubert est devenu ce sommet de la musique de chambre,et n'oublions pas aussi que Schedl est né à Vienne , ville chargée de souvenirs et d'histoire.Bon j'arrête là, cette petite présentation et nul doute qu'on reparlera de Gerhard Schedl dans les temps à venir, il va revivre de plus en plus par sa musique et va trouver ses admirateurs.
Pour ceux qui veulent en savoir plus.
Gerhard Schedl - Willkommen bei Doblinger-Musikverlag
doblinger-musikverlag.at/dyn/kataloge/wv_SCHEDL.pdf · Fichier PDF

gluckhand

Messages : 187
Date d'inscription : 12/03/2014
Localisation : Amiens

Revenir en haut Aller en bas

Galina Ustvolskaya par Natalia Andreeva

Message par gluckhand le Mer 31 Oct - 8:30


Depuis quelque temps je suis fou de ce double album, d'abord parce que j'y ai découvert les préludes ,datant de 1953 et tout aussi passionnants et enthousiasmants que les sonates, mais surtout aussi parce que j'ai découvert avec Natalia Andreeva, une interprète merveilleuse de cette musique ,qui sans le sens inné de l'interprète peut y perdre toute sa saveur et sa verdoyance et là,elle est formidable.Parler de la musique de Galina Ustvolskaya, sans répèter ce qu'on trouve un peu partout ,extrèmisme, dynamisme exagèré,musique incantatoire et répétée,bloc de sons etccc, c'est vrai qu'on y trouve tout ça, mais ce n'est pas expliquer le mystère et la force presque mystique de cette musique,de ces 6 sonates très courtes la plupart,de ce cheminement particulier très austère et riche du piano,qui nous balade dans des contrées très personnelles à l'intérieur de nous,car la musique c'est pour finir toujours un voyage intérieur au final.On est heureux de cette lenteur souveraine de chaque note qui nous entraîne sur des sentiers disparus pas si lointains de ceux de Janacek, mais qui à un moment précis rebroussent chemin ou dérivent dans des bifurcations  métaphysiques.Le jeu de Natalia Andreeva est magnifique d'osmose et de compréhension, de création sonore, un double album qui nous rend plus riche, plus fort, et pourquoi pas plus beau? J'oublierai le principal en ne disant pas qu'il y a aussi beaucoup de joie dans cette musique et que dans chaque construction musicale, il y a un côté ludique très jouissif pour moi,par exemples,ces arrêts subits et intempestifs,qui font charnière à la poursuite de l'aventure musicale.

gluckhand

Messages : 187
Date d'inscription : 12/03/2014
Localisation : Amiens

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les disques d'or de la musique de chambre

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum