Viktor Ekymovsky / The mirror of Avicenna

Aller en bas

Viktor Ekymovsky / The mirror of Avicenna

Message par gluckhand le Dim 14 Oct - 13:06

" />

Une grande et forte voix originale de la musique russe.Né en 1947, Viktor Ekymovsky apporte un souffle nouveau et très original à la musique contemporaine ,après Scnittke, Denisov et Gubaidulina,les plus connus.Il se justifie lui-même ,en précisant que pour lui, chaque oeuvre crée, doit être totalement nouvelle et unique, et pour le citer "Chaque œuvre doit incarner une idée structurelle nouvelle et originale et employer des moyens d’expression techniques et stylistiques qui n’apparaissent dans aucune composition antérieure".c'est ce que nous propose ce beau Cd, avec 5 oeuvres aux titres très littéraires  et parfois énigmatiques , comme des pendants musicaux à des titres de tableaux .ce disque est une merveille et un régal, il nous fait passer de la violence complexe des danses symphoniques ,une espèce de marathon sans fin ,avec une vague cacophonique bouillonante,,et même si l'on a relevé le côté danse macabre et lugubre,avec des percussions de Dies ire c'est carrément l'antithèse d'un Scriabine  qui aurait perdu la tête ou rencontré Varèse , Ekymovsky reste une sorte de Zeus musicien  qui détruit et reconstruit à son gré.A la douceur dure et sévère de l'assomption de la sainte vierge, avec à chaque fois des groupes d'instruments différents,  ,le piano, le gamelan et d'autres percussions , dans laquelle Ekimovsky reste dit il minimaliste  et évite consciemment le jeu puissant et rythmique habituel.En contraste,The mirror of Avicenna pour 14 musiciens, ,inspiré par les mots du philosophe,et écrit, juste après ,par opposition à ses "27 destructions",l'oeuvre même à l'écoute reste plus linéaire et plus saisissable,, et reste philosophique ,même si elle traduit d'après le compositeur , le mouvement "De l'obscurité à la lumière" Ses "27 destructions" sont régies par le principe de "destruction" qui se concrétise par le changement de rythme, de texture, de mélodie, de dynamique, de tempo et de couleur instrumentale à la croisée des 27 miniatures différentes."
L'oeuvre phare de ce CD,Ekimovsky a écrit le concerto pour violon "Attalea princeps" qui est basé sur l'histoire de V. M .GARCHINE .un écrivain russe du 19ème, dans cette histoire symbolique ,dont le héros est victime et détruit par son environnement brutal.On voit que le compositeur est très à l'écoute de son temps et de ses problèmes.C'est une oeuvre d'une violence soutenue,ou le violon tient très bien sa part, malgré le tohu-bohu infernal des percussions, c'est une oeuvre puissante, malgré ses 17 minutes de fortes turbulences cacophoniques , bref un super disque avec des interprètes de premier choix.

Pour en savoir plus.
https://www.opusklassiek.nl/cd-recensies/cd-aw/ekimovsky01.htm
https://en.schott-music.com/shop/autoren/victor-ekimovsky

gluckhand

Messages : 187
Date d'inscription : 12/03/2014
Localisation : Amiens

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum